En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour la connexion et pour le reccueil de statistiques anonymes. En savoir plus...

Édition Nancy - Metz > Activités - Formation à Nancy - Metz et alentours Aide à domicile : une passerelle pour les bénéficiaires du RSA icône de la rubrique Activités - Formation

Aide à domicile : une passerelle pour les bénéficiaires du RSA
Partant du double constat selon lequel nous manquons d’auxiliaires de vie, mais que de nombreuses personnes sont en recherche d’emploi, le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle a mis en place un dispositif pour accompagner les bénéficiaires du RSA dans cette piste de professionnalisation. Et ça marche !
Vivre chez soi plutôt qu’en institution, c’est une aspiration fondamentale que partagent les personnes âgées et les personnes handicapées. Des Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD) sont là pour le leur permettre. Mais ces SAAD se heurtent tous au même facteur limitant : la pénurie d’auxiliaires de vie. Résultat, des dizaines de milliers de postes sont à pourvoir dans toute la France.
Sur la seule Meurthe-et-Moselle, ce nombre est estimé à 300. Face à une crise de vocations dont pâtit la population, le conseil départemental, qui conventionne les SAAD de son territoire (ADMR, ADAPA ou encore Esprit tranquille, entre autres) a eu l’idée de creuser un gisement de candidats potentiels : les bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA). Un public qu’il suit déjà dans le cadre de sa compétence d’action sociale et d’insertion.
Il a d’abord identifié ce qui pouvait les rebuter dans le métier d’auxiliaire de vie. En premier lieu, une rémunération (le SMIC) peu en rapport avec ses multiples contraintes : horaires décalés, travail le week-end, nécessité d’avoir un véhicule… Restait à trouver les parades.

Objectifs 150 postes

Pour commencer, le CD 54 a autorisé les auxiliaires de vie à cumuler RSA et salaire, jusqu’à 300 heures par an. Il a également mis en place des aides financières à la mobilité et à la garde d’enfants. Et pour faire connaître ces mesures, il a confié à l’Association des Paralysés de France Entreprise la gestion d’une plateforme chargée de contacter les bénéficiaires du revenu de solidarité active.
Les résultats ne se sont pas fait attendre : alors que l’objectif initial était de créer et fidéliser 150 postes d’auxiliaire de vie en 2021, à la mi-janvier, 58 candidats avaient déjà été vus en entretien, et cinq embauchés. De surcroît, la plupart des 53 autres ont entamé un processus d’intégration : immersion, formation, préparation à entrer dans le monde du travail. L’opération a aussi permis d’aiguiller certaines des 3 400 personnes contactées vers d’autres secteurs en manque de salariés, comme le BTP, la logistique, etc.
Reste un frein sur lequel il faudra encore travailler : le manque de reconnaissance sociale des auxiliaires de vie. Un paradoxe, quand chacun s’entend à reconnaître le rôle crucial qu’ils jouent dans la société.

Ces événements peuvent aussi vous intéresser

Proposez un évènement
Annoncer

Faites connaître votre évènement en le partageant sur notre site internet et/ou dans notre magazine papier !

Rechercher un événement
Toute rubrique
Nancy et alentours
Voir toutes les saisons
Abonnez-vous dès maintenant

Ne ratez aucun évènement près de votre ville en vous inscrivant à la newsletter ou en vous abonnant au magazine papier Spectacles ! Recevez nos exemplaires par mail ou dans votre boîte aux lettres !

Lire en ligne

Consultez les évènements dans la version PDF du magazine Spectacles, disponible gratuitement à la consultation en ligne ! Couverture