En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour la connexion et pour le reccueil de statistiques anonymes. En savoir plus...

Édition Toutes Editions > Activités - Formation à Toutes Editions et alentours La formation tout au long de la vie icône de la rubrique Activités - Formation

Se qualifier au fil du temps

La formation continue est un droit. Elle s'inscrit dans le continuum de la formation initiale, générale ou professionnelle. Elle repose sur l'obligation, pour les employeurs, de participer au financement de la formation continue des salariés, et sur le droit de ces derniers à se former durant leur temps de travail. Mais le droit à la formation concerne bien d'autres publics, dont certains sont professionnellement inactifs.
Le financement des formations s'appuie principalement sur l'assurance-chômage et les subventions des régions ou de l'État. Les principaux dispositifs permettant aux salariés de se former sur le temps de travail, sans perte de salaire, sont le plan de formation, le droit individuel à la formation, la période de professionnalisation et le congé individuel de formation. Les salariés peuvent aussi obtenir un congé pour faire un bilan de compétences ou conduire une démarche de validation d'acquis de l'expérience (VAE). Les non salariés (agriculteurs, artisans, travailleurs indépendants, commerçants, professions libérales) peuvent également suivre des formations grâce aux contributions qu'ils versent aux organismes collecteurs chargés de mutualiser et de répartir les fonds.

Rebondir !

Les organismes publics assurent 20 % de l'activité de formation, ce qui est peu. Les plus importants centres sont les Greta (ministère de l'Éducation nationale), les établissements relevant du ministère de l'Agriculture, les services universitaires de formation continue (SUFC) et le Cnam. Les associations, ainsi que les organismes parapublics tels que l'Afpa (ministère de l'Emploi), les chambres de commerce ou les chambres de métiers jouent également un rôle important. Quant aux organismes privés, très nombreux en France car dans notre pays toute personne physique ou morale peut prétendre à la formation continue, ils assurent 80 % de l'activité de formation.

Personnes fragilisées

Concernant les personnes les plus vulnérables, le contrat de professionnalisation s'adresse aux demandeurs d'emploi, aux anciens signataires d'un contrat aidé et aux bénéficiaires du RSA, de l'ASS ou de l'APH. Ils peuvent préparer, en alternance, un titre professionnel, un certificat de qualification professionnelle ou un diplôme professionnel. L'emploi accompagné offre aussi une structure d'encadrement pour les personnes en situation de handicap, destinée à les aider à obtenir et à garder un poste rémunéré sur le marché du travail. Sa mise en œuvre prévoit l'accompagnement du salarié et un appui de la part de l'employeur.

++ Encadré ++

La vision d'avenir du gouvernement

* 85 % des métiers de 2030 n'existent pas encore aujourd'hui (sources : étude Dell et de l'Institut pour le Futur, think tank californien).
* Le numérique, la robotisation et l'intelligence artificielle vont transformer profondément certains corps de métiers existants.
* Un investissement massif dans la formation pour faire face aux grandes transformations du monde du travail.

Comment ça se passe aujourd'hui en France ?

* Plus de 32 milliards d'euros par an sont consacrés à la formation.
* Les formations bénéficient davantage aux salariés du privé et aux fonctionnaires qu'aux jeunes, aux seniors et aux demandeurs d'emploi.
* Les formations proposées sont souvent trop courtes et peu qualifiantes.
* Face au chômage, la priorité est d'investir dans les compétences : 15 milliards d'euros supplémentaires seront consacrés à la formation sur le quinquennat dans le cadre du Grand Plan d'investissement de 50 milliards d'euros.

++ Encadré 2 ++

Le compte personnel de formation (CPF), alimenté en heures, est utilisable par tout salarié tout au long de sa vie active, pour suivre une formation qualifiante. Le CPF a remplacé le droit individuel à la fomation (DIF), mais les salariés ne perdent pas les heures acquises au titre du DIF et pourront les mobiliser jusqu'au 31 decembre 2020. Le CPF fait partie du compte personnel d'activité (CPA). La mobilisation du CPF relève de l'initiative du salarié. L'employeur ne peut donc pas imposer au salarié d'utiliser son CPF pour financer une formation. Il faut l'accord du salarié et son refus d'utiliser le CPF ne constitue pas une faute. Lorsqu'un salarié utilise son CPF, ses heures de DIF acquises et non utilisées doivent être mobilisées en priorité. Elles sont mobilisables jusqu'au 31 decembre 2020.

Ces événements peuvent aussi vous intéresser

Proposez un évènement
Annoncer

Faites connaître votre évènement en le partageant sur notre site internet et/ou dans notre magazine papier !

Rechercher un événement
Toute rubrique
Nancy et alentours
Voir toutes les saisons
Abonnez-vous dès maintenant

Ne ratez aucun évènement près de votre ville en vous inscrivant à la newsletter ou en vous abonnant au magazine papier Spectacles ! Recevez nos exemplaires par mail ou dans votre boîte aux lettres !

Lire en ligne

Consultez les évènements dans la version PDF du magazine Spectacles, disponible gratuitement à la consultation en ligne ! Couverture