En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour la connexion et pour le reccueil de statistiques anonymes. En savoir plus...

Édition Dijon > Concerts Classiques à Dijon et alentours Opéra de Dijon icône de la rubrique Concerts Classiques

Opéra de Dijon

Loc. 18, bd de Verdun - Tél. 03 80 48 82 82 (mardi au samedi 11 h à 18 h) - www.opera-dijon.fr
A L'AUDITORIUM - DIJON

Carmen

Opéra (1875) de Georges Bizet

Orchestre Dijon Bourgogne - Chœur de l'Opéra de Dijon - Maîtrise de Dijon - Dir. musicale : Adrien Perruchon - Chef de chant : Nicolas Chesneau - M. en scène : Florentine Klepper
avec Antoinette Dennefeld, Georgy Vasiliev, David Bizic, Elena Galitskaya, Norma Nahoun, Yete Queiroz, Kaëlig Boché, Enguerrand de Hys, Sévag Tachdjian, Aimery Lefèvre
Nouvelle prod. - On peine à imaginer aujourd’hui que l’histoire de l’opéra le plus populaire au monde ait pu commencer par un véritable fiasco, la presse en appelant même à l’interdiction de ce "dévergondage castillan"… Car si les librettistes ennoblissent quelque peu les personnages sans scrupules de Mérimée, ils sont fidèles à la trajectoire immorale du drame : Carmen séduit, brise et abandonne José qui finit par la tuer. Avec un seul mot d’ordre : simplicité des idées et clarté des motivations, au profit de la plus grande efficacité dramatique. Bizet y répond par une invention musicale magistrale. Porter un regard neuf sur cette tragédie désormais ancrée dans l’imaginaire populaire est la gageure relevée par la metteuse en scène allemande Florentine Klepper, dont ce sera la première production en France.

20 h - Vendredi 17, mardi 21, jeudi 23 et samedi 25 mai
15 h - Dimanche 19 mai

* Samedi 11 mai à 16 h : Chantons Carmen ! (place de la Libération, gratuit) / Mercredi 15 mai à 20 h : avant-première étudiante gratuite / Dimanche 19 mai : Atelier enfants à 15 h, rencontre avec les artistes après spectacle / Jeudi 23 mai : "Opéra à votre porte", les habitants des communes partenaires bénéficient du transport aller-retour gratuit entre leur commune de résidence et l’Opéra / Vendredi 21 juin à 19 h : "Carmen Remix", version participative adaptée en 1 heure (gratuit)

Mozart dernières symphonies

Anima Eterna Brugge - Dir. Jos van Immerseel - Jane Gower, basson

Symphonie n°39 en mi bémol majeur K. 543 - Concerto pour basson en mi bémol majeur K. 191 - Symphonie n°40 en sol mineur K. 550
Le recours aux instruments d’époque et à une pratique historiquement informée est aujourd’hui en passe de devenir la norme. Une remise en perspective qui a permis de rendre ces chefs-d'œuvre à leurs équilibres et à leurs nuances véritables, entre expression contrôlée du sentiment et magistrale assise formelle. Le tragique de la sol mineur redevient ainsi une tension giratoire et lancinante, sans appesantissement et d’autant plus humaine et émouvante. La Symphonie n°39 y retrouve les tons naturels de sa si chaude lumière, la vivacité et l’allant de son irrésistible cours, le subtil clair obscur de ses ombres mystérieuses. Un concert pour partir à la rencontre du génie mozartien le plus authentique.

20 h - Mardi 28 mai

* "Opéra à votre porte", les habitants des communes partenaires bénéficient du transport aller-retour gratuit entre leur commune de résidence et l’Opéra

ll Diluvio universale

Oratorio de Michelangelo Falvetti

Cappella Mediterranea - Chœur de chambre de Namur - Dir. Leonardo García Alarcón
avec Valerio Contaldo, Mariana Flores, Evelyn Ramirez Munoz, Fabián Schofrin, Marisu Pavon, Lucia Martin Carton, Matteo Bellotto
Pendant longtemps, Falvetti ne fut qu’un nom parmi d’autres sur la liste des compositeurs du XVIIe siècle dont la musique était perdue. Jusqu’en 2010 au Festival d’Ambronay, où L. García Alarcón donnait à entendre ce "Diluvio universale" qui venait d’être redécouvert : grâce à la qualité exceptionnelle de cette magistrale partition, Falvetti, petit maître de chapelle de Messine, mettait la curiosité du public à son comble. L’épisode biblique du déluge, qui donne son livret à cet oratorio, se prête évidemment à un traitement musical particulièrement dramatique : la montée des eaux et la frayeur des hommes livrés à la fureur des ondes y sont peints avec une efficacité prodigieuse.

20 h - Mercredi 29 mai

Fantastique

Orchestre Dijon Bourgogne - Dir mus. Gergely Madaras

Muntendorf : In Sync (2012) - Mahler : Totenfeier - Berlioz : Symphonie Fantastique op. 14
Dans le cadre d’un projet qui réunit autour des musiciens de l’ODB les étudiants de l’ESM de Dijon et de la Hochschule de Mayence.

20 h - Samedi 1er juin

Koma

Opéra de Georg Friedrich Haas

Livret : Händl Klaus - Créé au Festival de Schwetzingen le 27 mai 2016
Kärntner Sinfonie Orchester - Dir. mus. Bas Wiegers - M. en scène : Immo Karaman - Scénographie et costumes : Nicola Reichert - Projection vidéo : Laszlo Zsolt Bordos, avec Ruth Weber, Stefan Zenkl, Bryony Dwyer, Daniel Gloger
1ère en France - Allemand surtitré français - Une chambre d’hôpital. Depuis ce que sa famille appelle "l’accident", Michaela est dans le coma. Autour d’elle s’affairent ses proches : sa fille, que la douleur plonge dans le même mutisme que sa mère, son mari Michael, sa sœur Jasmin et son époux Alexander, avec lequel la malade avait une liaison. Dans cet opéra, le compositeur autrichien Georg Friedrich Haas invite de manière radicale à une véritable expérience sensorielle autour des tabous les plus vifs de nos sociétés : la douleur, la maladie et la mort. Sa musique y excelle à susciter un état à mi-chemin du familier et de l’étrangeté radicale, à provoquer des atmosphères étales et létales où la conscience du temps se distord et s’abolit, et parvient à rendre sensible la trace douloureuse des voix humaines dans un esprit à demi végétatif, créant un monde ténébreux dans lequel les identités se dissolvent, n’hésitant pas à plonger scène et salle dans l’obscurité totale pour mettre le spectateur au plus près des perceptions étranges de Michaela. Cet opéra est raconté du point de vue d’une seule personne, Michaela, qui, invisible, dans l’obscurité, chante des mélismas – pas de mots, seulement des sons. Sortira-t-elle du coma ? Réussite remarquable saluée outre-Rhin par le Prix de la création 2016 décerné par le magazine de référence Opernwelt, "Koma" est une des œuvres lyriques les plus originales de ces dernières années, et propose une expérience musicale et sensorielle unique. "Travailler avec l’obscurité dans un opéra permet de jouer avec les nuances. Dans l’obscurité, un orchestre peut être transformé en un seul et grand instrument, comme un orgue. À première vue, la tâche de l’orchestre, jouant plus de la moitié de la pièce de mémoire dans l’obscurité complète, semble presque insoluble. Mais j’ai fait un effort pour composer des processus qui semblent si logiques qu’ils peuvent être facilement mémorisés. Et il y a de longues pauses régulièrement pour chaque instrument, pendant lesquelles les interprètes peuvent se préparer mentalement à ce qui est à venir. À la fin, les musiciens transmettent le rythme de leur propre respiration dans la musique, presque comme pour multiplier le souffle de la comateuse Michaela". (G.F. Haas)

20 h - Vendredi 14 et samedi 15 juin

Ces événements peuvent aussi vous intéresser

Proposez un évènement
Annoncer

Faites connaître votre évènement en le partageant sur notre site internet et/ou dans notre magazine papier !

Rechercher un événement
Toute rubrique
Dijon et alentours
Voir toutes les saisons
Abonnez-vous dès maintenant

Ne ratez aucun évènement près de votre ville en vous inscrivant à la newsletter ou en vous abonnant au magazine papier Spectacles ! Recevez nos exemplaires par mail ou dans votre boîte aux lettres !

Lire en ligne

Consultez les évènements dans la version PDF du magazine Spectacles, disponible gratuitement à la consultation en ligne ! Couverture